Les grandes dates de l’Empire Perse

Depuis les Achéménides

 

Avant J.-C.

559                                                          CYRUS fonde l’Empire PERSE

559 – 331                                                Les ACHEMENIDES (DARIUS, XERXES,…)

331                                                          Conquête d’ALEXANDRE LE GRAND

323 – 129                                               Les SELEUCIDES

228 avt. J.-C. – 226 après J.-C.            Les PARTHES

 

Après J.-C.

226 – 641                  Les SASSANIDES

637                            Invasion ARABE

661 – 751                  Le Califat de DAMAS

750 – 1258               Le Califat de BAGDAD

1220 – 1222             Invasion de GENGIS KHAN

1258 – 1336             Les MONGOLS

1380                          Invasion de TAMERLAN

1369 – 1500             Les TIMOURIDES (descendants de TAMERLAN)

1502 – 1722              Les SAFAVIDES

1722 – 1736              Les AFGHANS

1736 – 1796              Les AFSCHARS

1750 – 1794              Les ZANDS (Chiraz)

1796 – 1926              Les KADJARS

1926                           Les PAHLAVIS

1926 – 1941              REZA CHAH

1941 – 1979               Mohammed REZA CHAH

Le tapis de PAZYRYK

Le plus ancien tapis du monde.

 

Jusque dans les années 1940, en prenant comme référence la peinture italienne et flamande, le plus ancien des tapis était, pensait-on, du XVème siècle.

En 1949, l’archéologue russe Sergueï RUDENKO découvrit dans une sépulture princière de la vallée de PAZYRYK (Nord de la Chine, région Moghol), un tapis très élaboré, noué au nœud « ghiordes ».

Le carbone 14 a permis, avec les réserves d’usage, de dater cette pièce du Vème siècle avant J C.
Exposé au Musée de l’Ermitage à Saint Petersbourg, des cerfs, des cavaliers et des griffons ornent sa bordure et ses contre bordures.

D’après HERODOTE, lorsqu’un chef mourrait, il était embaumé et on lui faisait sillonner durant plusieurs semaines son territoire sur un char afín de lui rendre hommage.
Sa dépouille était ensuite déposée dans son tombeau (kurgan) avec sa femme, ses concubines, son char funéraire, ses chevaux et certains ses objets usuels.
Un an plus tard, une quarantaine de ses meilleurs gardes étaient égorgés et placés tout autour du tombeau, afin de veiller sur lui au royaume des morts.

(Taille : 200cm X 100cm)

Les Soldes d’été

 

RECTOSoldes2013

- 25%*

« LIGNE RÔCHANE® »

TAPIS DÉCORS CONTEMPORAINS ET TRADITIONNELS

* sur tapis marqués d’un point bleu

DU 28 JUIN AU 20 JUILLET 2013

MARDI – VENDREDI : 9H30/12H – 14H/19H

SAMEDI : 10H/12H – 14H/19H

Bienvenue à la Galerie Samani à Lyon !

La Galerie Samani vous souhaite la bienvenue sur son blog. Nous espérons que ce dernier vous permettra de satisfaire vos demandes concernant les tapis et les tapisseries. Continuellement nous nous efforçons de le compléter par le fruit de nos recherches.

Vous pouvez venir découvrir la galerie Samani .

Par son immensité, l’univers du tapis d’Orient est troublant, déroutant et captivant à la fois. Nul ne peut avoir la prétention de le connaître parfaitement. C’est de plus un savoir qui s’acquiert un peu comme une langue maternelle avec, comme difficulté supplémentaire, le fait que peu nombreux sont ceux qui connaissent et parlent la “Langue du Tapis”.

Dans ce blog nous essayons de vous transmettre  notre passion pour cet art qui regorge de secret et de magie. The two instincts struggling for the mastery, called by the same name, but. do my homework services

Tapis Persans : Généralités

Tapis : Les matériaux

La laine

Matériaux le plus utilisé pour le velours et parfois la chaîne ou la trame, la laine a diffé­rentes sources :

-  Laine de mouton couramment employée (voir aussi Kork).

-  Laine de chèvre généralement utilisée par les nomades.

-  Laine de chameau utilisée par les nomades dans sa couleur d’origine.

Le coton

Employé pour la chaîne et pour la trame (partiellement au sein du velours dans cer­tains tapis turcs, généralement anciens).

La soie

Matériaux très couteux quand il est de bonne qualité et assez résistant. S’emploie en chaî­ne, trame ou pour le velours. Est parfois utili­sée pour surligner les motifs au sein de ce dernier.

“L’emploi de la soie n’implique pas obli­gatoirement une certitude de qualité ou de prix élevé”.

La teinture et les couleurs

La qualité et la finesse des matières pre­mières employées permettent la recherche des décors du tapis et, par conséquent, l’emploi d’une quantité de teintes plus ou moins importantes.

Pendant longtemps le secret des teintures a été jalousement gardé. Elles étaient faites à base de végétaux jusqu’au début du siècle; chacun avait sa “petite cuisine”.

Parmi les principaux végétaux employés on trouve :

*  Pour le rouge, la garance.

*  Pour le jaune, le safran ou les feuilles de sumac.

*  Pour l’orange, la racine de curcuma.

Le procédé d’application des teintures sur la laine diffère avec chaque artisan, le principe théorique de base étant la dilution de la tein­ture dans l’eau bouillante, et l’introduction des écheveaux dans ce mélange, le tout res­tant sous ébullition plus ou moins long­temps. Étant donné qu’il n’existait aucune rigueur dans les mélanges et le dosage des colorants, il est certain que jamais un teintu­rier ne pouvait refaire une même teinte, ce qui explique les changements de tons appe­lés “Abrach”, qui apparaissent dans certains tapis. Vers la fin du siècle dernier, apparurent les couleurs chimiques, faites au début à par­tir d’un dérivé du benzène, l’Aniline. L’emploi en était plus facile, mais le principe ne conférait plus aux tapis le vieillissement de teinte qu’ils avaient auparavant. Depuis, beaucoup de progrès ont été faits dans ce domaine, avec la création de nombreux pro­duits, permettant d’obtenir des résultats qui ne déprécient en rien le tapis. Au contraire, ces produits autorisent l’emploi de  coloris nouveaux qui favorisent davantage la recherche décorative dans les tapis fins.

« Reconnaitre les tapis », René Samani, 1991, éd. Massin

Tapis Noué main, fait main

Le nouage étant l’élément essentiel dans le respect de la tradition de tissage d’un tapis, il est nécessaire de préciser ici la différence entre les tapis faits main et les tapis noués mains.

Le nouage de chaque brin de laine représen­te environ 30% du travail dans l’élaboration d’un tapis. Or il existe depuis un certain nombre d’années des provenances où, dans un but de rentabilité, les tapis ne sont plus noués mais faits main, les brins de laine étant simplement passés autour des chaînes sans aucun nœud.

De plus les calibres des chaînes, trames et laines sont calculés de façon à obtenir une densité de points apparemment importante sans nécessiter aucun serrage. On conçoit donc aisément que ces pièces dont le tissage ne respecte pas la tradition ne peuvent être considérées comme des tapis véritablement authentiques.

Dans le présent guide il n’est question, sauf précision, que des tapis noués main.

« Reconnaitre les tapis », René Samani, 1991, éd. Massin

Tapis Persans : Mode de tissage

Dans un premier temps et de façon théo­rique, les chaînes sont tendues entre deux cylindres de bois (fig. 3);

cylindres

ces dernières sont en nombre pair, car chaque nœud est exécuté sur deux chaînes (fig. 4A et B). Un des cylindres enroule le tapis au fur et à mesure de sa conception, l’autre libère simultanément une nouvelle partie de chaînes.

Vient ensuite la constitution du “kélim” par le passage de trames autour des chaînes (fig.l). A ce stade est exécutée la première rangée de nœuds. Ces derniers sont faits à l’aide d’un crochet-couteau (voir photo)

crochet_couteau

qui tire le brin autour des chaînes et, le nœud étant terminé et serré, le précoupe sommairement en surface. La rangée finie, le tisseur passe une trame qui va venir bloquer et tasser ces nœuds, puis une contre-trame.

« Reconnaitre les tapis », René Samani, 1991, éd. Massin

Page 4 sur 41234