Samani, les Zurkhãneh

Nous sommes heureux de vous faire partager cette vidéo, rapportée de notre dernier voyage en Iran.

(Février 2015)

« Le Zurkhãneh ou zourkhãneh, littéralement : « maison de la force » est le gymnase traditionnel iranien, dans lequel est pratiqué le sport national iranien appelé Varzesh-e Pahlavani ou Varzesh-e Bastani.

 

La Zurkhãneh en elle-même, se présente comme une fosse octogonale d’environ 1 mètre de profondeur, dans laquelle sur un sol de terre battue, s’entraînent les athlètes pahlevan.

À la différence de la gymnastique pratiquée en occident, les exercices constituent un véritable sport collectif cumulant épreuves physiques et de souplesse, rituels spécifiques, et respect de règles morales et éthiques.

Les Pahlevan évoluent au rythme du son d’un tambour joué par le morshed ou guide, lui-même assis à une place surélevée dans la salle.

 

La zurkhãneh est donc plus qu’un lieu dédié à l’exercice de la force physique ou de l’adresse.

La zurkhãneh et le Varzesh-e Pahlavani plongent leurs racines dans la culture iranienne pré-islamique. Après la conquête arabe, sa pratique devint un temps clandestine et représenta alors une forme de résistance culturelle.

Avec l’islamisation progressive de la société perse, cette résistance se mua en un soutien des valeurs chiites face au sunnisme. En outre, certaines qualités morales et valeurs chevaleresques sont requises de la part des pahlevans: courage, abnégation, et surtout foi et fidélité absolue au prophète et aux imams.

L’apogée des Zurkhãneh sous la dynastie Safavide, alors que le chiisme duodécimain devint religion d’état. Elles déclinèrent par la suite pour voir ressusciter un regain d’intérêt au début du XXe siècle, porteuses de valeurs nationalistes.

La pratique de la Varzesh-e Pahlavani est encore vivace dans les quartiers populaires de Téhéran, Ispahan, Yazd, ou d’autres villes d’Iran. »

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Zurkhaneh

Samani, tapis Persan : tissage d’une déchirure

« Conserver un patrimoine, préserver sa valeur, en luttant contre l’outrage du temps »

Quelques conseils :

- Le nettoyage, essentiel tous les 3 à 4 ans suivant l’utilisation,
- Le contrôle général (franges, lisières) durant ce nettoyage, permettant d’anticiper et parfois d’éviter de lourdes restaurations futures,
- La remise en état, quand elle est nécessaire (remplacement des franges, des lisières, tissage des manques).